Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 septembre 2016 1 05 /09 /septembre /2016 22:41
Les étangs de Bretigny

Les étangs de Bretigny

Voilà 6 semaines que j’ai entamé une solide remise en forme associé à un entrainement soutenu afin d’’être prêt le 11 septembre prochain pour aborder les 62 km du trail de la côte d’Opale (TCO) à Wissant (62).

Pour cela il m’a fallu suivre un régime strict décrit sur ce blog et courir pas mal ! Après 7 kg de perdu et 300 km de course à pied effectués, me voici remis en état pour pouvoir enfin reprendre du plaisir à m’entrainer. Cependant il y a d’autres adversités à combattre pour arriver à être fin prêt pour ce TCO. Car comme pourrait dire l’adage, courses en septembre veut dire entrainements sous forte chaleur en juillet/aout.

Vu que j’ai compressé l’entrainement à seulement 8 semaines de durée, entrecoupé d’une semaine de rando en montagne, je ne peux me permettre de ne pas respecter ce court plan d’entrainement en prétextant par exemple la forte chaleur. Et c’est ainsi que je me retrouve sur les bords de l’Orge un mercredi de fin aout un peu après 19h où il fait encore 35 degrés pour effectuer ma sortie longue de préparation au trail. Je veux dire une sortie d’environ 2h45 faite sur un parcours de 24km en ne m’alimentant qu’en eau (2 bidons de 60 cl car à la pipette on ne voit pas ce qu’on boit et on ne boit en général pas assez).

J’ai mouillé ma casquette, mis mes boosters et mon short compressif, bien calé les écouteurs de mon MP3 et me voilà parti pour 24 km ! Habitant désormais dans l’Essonne (91), je pars de chez moi à Arpajon tout prêt de la place du marché et en route pour un aller-retour vers la tour de Montlhery. Mon parcours traverse Arpajon pour rejoindre St Germain-les-Arpajon et le parcours aménagé le long de l’Orge. Cette promenade me permet de courir à peu prêt à l’ombre avec un petit peu de fraîcheur relative apportée par l’Orge (et aussi pas mal d’humidité aussi !). Les bords de l’Orge ont été nettoyés et réaménagés il y a quelques temps avec des étangs et des zones inondables prévues pour absorber le trop plein lors de fortes pluies.

 

Cela favorise bien sur la qualité du biotope présent dans cette zone qui va d’Arpajon jusque Sainte Geneviève-des-Bois. Il n’est pas rare de surprendre un héron cendré ou un groupe d’oies sauvages ou encore un renard entamant son petit tour au crépuscule. Une fois sorti de Saint Germain-les-Arpajon je rejoins le lieu-dit le Petit-Paris à Leuville où se trouve une ancienne meunerie transformé en fabrique.

Puis ma course me fait passer sous la Francilienne pour arriver aux étangs de Longpont-sur-Orge, vaste zone aquatique attirant plusieurs espèces d’oiseaux et de pêcheurs à la ligne.

De là je suis le GR111 qui bifurque à gauche pour quitter l’Orge et passer devant le château de Lormoy où il y a un siècle le roi des belge eut un enfant avec sa favorite (c’est maintenant une maison de retraite).

Basilique de Longpont-sur-Orge

Basilique de Longpont-sur-Orge

Nous arrivons alors à la Basilique de Longpont-sur-Orge dont le portail date du 13eme siècle.Cette église constitue un site clunisien reconnu d’importance européenne car ce fut un jalon important sur le chemin qui mène les pèlerins jusque St Jacques de Compostelle. La visite de cette construction gothique vaut d’ailleurs vraiment le coup.

 

De là je remonte sur le plateau direction Montlhéry par la pittoresque rue du champ de Bataille et déjà j’aperçois au loin la tour de Montlhéry qui est l’objectif à atteindre !

Entre ces deux lieux se trouve une vaste plaine de culture de céréales. C’est aussi le lieu où se passa une bataille très célèbre puisqu’il s’agit de la bataille de Montlhéry qui eut lieu en juillet 1465 (sous une forte chaleur aussi !) entre les troupes du roi Louis XI et celles de la ligue du Bien Public, constitué principalement de Bourguignons. Les forces en présence étaient constituées de la fine fleur de leur armée et donc de combattants expérimentés. Cette bataille, qui dura toute une journée, fut initialement causée par la volonté de chacune des parties de montrer à l’autre la force de son armée. Elle fit au final 2000 morts de chaque coté (soit environ 10% des combattants) et fut sans véritable vainqueur … Elle fût d’ailleurs suivi par le siège de Paris quelques semaines plus tard.

 

Photo du panneau explicatif de l'historique de la bataille de Montlhery

Photo du panneau explicatif de l'historique de la bataille de Montlhery

Durant la bataille, le sénéchal Pierre de Brézé qui commandait les troupes du Roi fut tué. Une croix a été érigée pour lui seul ce qui est assez injuste vis-à-vis des autres combattants mais il en est ainsi !

Croix de Rouge Fer ou croix dite de la Bataille

Croix de Rouge Fer ou croix dite de la Bataille

De là je traverse l’avenue très fréquentée des Templiers et me dirige vers la rue des Archers. Car ce sont bien les archers qui étaient stationnés sur la colline de Montlhéry au pied du château (bâti au 14eme siècle et dont ne subsiste que le donjon). Trop menaçants, ils furent décimés par une attaque Bourguignonne, ce que rappelle le nom de cette large rue.

Celle-ci est une ligne droite montante qui me mène dans un ancien quartier de Montlhéry où je rejoins la tour via la rue de la poterne. Une grimpette de 150m plus tard, me voici en faisant le tour par un sympathique petit chemin.

Donjon du château de Montlhery ou plus simplement Tour de Montlhery

Donjon du château de Montlhery ou plus simplement Tour de Montlhery

Il fût tiré parti de la position élevée de ce donjon par diverses expériences au 19 eme siècle. Cela va du télégraphe de Chappe (transmission visuelle de proche en proche) à la mesure de la vitesse du son, puis de celle de la lumière. Les accès à la tour ont été refaits et celle-ci se visite désormais. Il me faut ensuite rentrer par le même chemin.

Comme je ne prends pas de barres ni de sucre, il est clair qu’au bout de plus d’une heure de course j’ai épuisé une bonne partie de mes réserves de glucides et je vais forcer mon corps à taper un peu dans les graisses. Ce type d’entrainement à faible régime de glycogène (voir sur ce blog) permet aussi d’élever sa résistance en course face aux coups de mou qui surviennent lorsque les réserves sont bien entamées, ce qui est fréquent sur des trails de plus de 50km.

Voilà, le retour de la sortie se fait à l’économie sous une lumière déclinante et en essayant de divertir l’esprit de la douleur qui monte peu à peu grâce à la belle nature environnante et à la musique. Peu à peu le soleil a disparu et les premiers lampadaires se sont allumés. Je suis mouillé de la transpiration et n’ai pas souffert tant que ça de la chaleur car j’ai bien bu. La température commence maintenant à baisser ce qui aide la fin de course. A cette époque de l’année, la nuit est en train de tomber et donc il n’est pas question pour moi de m’attarder trop dans la pénombre et c’est un peu après 21h30 que j’en termine.

Cette sortie est difficile mais c’est elle qui fait que ce plan d’entrainement prépare aux trails de plus de 50km et non à un marathon. Une douche et un grand bol de muesli au lait de soja plus tard, me voilà pratiquement prêt à aller dormir avec la satisfaction d’avoir mené à bien la sortie longue de la semaine. Elle me sera bien utile pour aborder en toute sérénité le TCO qui se profile à l’horizon !

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bayart - dans Plans d'Entrainement
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de running-trail
  • Le blog de running-trail
  • : La vie d'Ultra-trailer, d'Ironman, et autres de Dominique Bayart
  • Contact

Recherche

Liens