Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2015 2 22 /09 /septembre /2015 20:29
Trail de la Pointe de Caux 2015

Après 18 mois sans trail et pas mal de kilos en plus, je décide en juillet de m’y remettre pour ce qui est pour moi une 3eme édition de ce trail de 50 km. Je n’en ai que de bons souvenirs. Parce que c’est là que débuta pour moi le trail il y a 4 ans quand nous avions alors couru sous une pluie battante toute la journée mais que je m’étais prouvé à moi-même que je pouvais le faire ! Puis l’année suivante, où sous un soleil de plomb, j’avais apprécié le haut niveau d’organisation de ce trail avant de partir un mois et demi plus tard chercher du côté de Millau les derniers 3 points UTMB qui me manquaient encore … Ici le coureur est au centre de tout ce qui est mis en place : vaste endroit pour se changer, café/croissants au départ, service après-vente pour retrouver les propriétaires des vêtements oubliés sur place etc … Et puis le petit stand Brooks est toujours intéressant à visiter et enfin le paysage de la Normandie et des falaises d’Etretat valent à elles-seules le déplacement. Alors quand ma chérie m’a confirmé qu’elle avait vraiment envie de venir me soutenir sur un trail, j’ai sauté sur l’occasion ! Et on verra que ce fut très utile.

L’entrainement pendant les mois d’été ne fut pas simple à gérer, comme prévu, au niveau des températures. C’est comme toujours, on se prépare dans une chaleur sèche pendant des semaines et on fait la course dans une fraicheur plus qu’humide ! Mais je n’aime tellement pas la sècheresse que je ne me plains jamais de la pluie.

Alors en ce deuxième dimanche de septembre, je suis en bonne compagnie sur la ligne de départ à Gonfreville l’Orcher tout près du Havre, pour ce qui est mon 10 eme trail de 50 km ou plus. J’y arrive assez bien préparé mais avec 7 kilos de plus qu’il y a 2 ans … et aussi avec l’idée que je viens ici ni pour me prouver quoi que ce soit, ni pour faire un score et ni pour préparer un trail plus long qui a lieu du coté de Millau comme ça m’étais arrivé les deux fois précédentes. Non je suis là simplement pour me faire plaisir à ma chérie, Brigitte, qui rêve de me soutenir sur un trail.

Le départ est toujours chaotique car il y a un goulet d’étranglement au bout du premier km qui ne sert qu’à disperser un peu les concurrents avant le bouchon. Alors c’est avec Brigitte que je fais le tour du village à l’arrière de la course, là où l’on s’amuse le plus, bien souvent …

Puis nous sommes lâchés dans la nature. Ce trail est un trail rustique. Au sens on l’on ne court pas sur des chemins bien définis ou bien des pistes forestières bien tracées mais dans des passages de tracteurs. Rien de mieux pour muscler les chevilles ! Et puis tout ça se fait au milieu de vaches, veaux et chevaux. On traverse des fermes, des jardins privés, chacun a donné du sien pour que ce trail puisse avoir lieu. On est vraiment dans l’esprit du trail …

Le trail est composé de trois segments avec donc, deux ravito. Chaque segment fait environ 15km et permet de retrouver des concurrents qui font la course en relais, ce qui dynamise la course. Le premier segment se fait relativement au sec au début mais peu à peu la pluie augmente. En plus un peu avant le premier ravito de Rolleville, il faut traverser la traditionnelle rivière de 50 cm de profondeur. Ici pas de pont spécifique pour le trail, c’est bonne franquette et quand faut y aller, faut y aller ! En fait, vu le temps, et vu les chaussures déjà humides, je n’ai vu aucun effet sur mes pieds lié au passage de la rivière.

A Rolleville je retrouve Brigitte et je prends alors les bâtons ainsi que ma cape en me disant que ça n’allait pas s’améliorer et que le terrain allait devenir de plus en plus glissant. Le ravito est un peu trop sobre et je dois me contenter d’un peu de gâteau et me voilà reparti.

Trail de la Pointe de Caux 2015

Le second tronçon est plus difficile pour les jambes, avec la pluie et le passage des 30 km et des 3 heures de course. C’est là que la façon à laquelle on a géré le trail va jouer. Ceux qui se sont cramé les jambes en courant toutes les montées et qui n’ont pas assez mangé vont avoir les jambes de plus en plus raides. Pour moi ça va encore mais c’est plus dur. J’arrive au second ravito sous la cape et j’y trouve des Tucs ce qui est toujours agréable sur un trail, je ne sais pas vraiment pourquoi. Je refais le plein de Malto et m’attarde par peur d’attraper froid.

Le dernier segment se fait au sec et la cape m’encombre un peu. Les bâtons me permettent de passer au travers d’ornières boueuses sans y perdre trop de temps. Puis le phare d’Etretat apparait. Et les contreforts des falaises aussi. Le paysage change et le terrain aussi. Je mange ma powerbar en prévision du dénivelé final et je retrouve rapidement de bonnes sensations. Je double un certain nombre de concurrents qui n’arrivent plus à courir. La fin de course se fait assez bien car le final est varié. Bonne nouvelle ! A cause de la pluie, la ligne d’arrivée a été ramenée au premier passage dans Etretat, pas besoin cette année d’aller courir sur la falaise d’en face et qui rebute bien des concurrents. J’en termine avec ma chérie à mes côtés en 5h33, soit 20 mn de plus qu’il y a 3 ans mais à peu près pareil qu’il y a 4 ans.

Malgré la pluie, j’ai donc vécu un nouveau beau souvenir. Il m’aura fallu attendre de faire 10 trails pour avoir enfin qq à mes côtés qui me supporte tout au long de la course. Et c’est vraiment un soutient qui aide avec en plus la possibilité de laisser ou prendre des vêtements en route.

Voilà un retour au trail bien sympathique et qui sait ? appellera d’autres courses à venir mais cela reste à voir car la préparation prend vraiment beaucoup de temps et je n’en dispose plus d’autant qu’auparavant …

Trail de la Pointe de Caux 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by Dominique Bayart
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le blog de running-trail
  • Le blog de running-trail
  • : La vie d'Ultra-trailer, d'Ironman, et autres de Dominique Bayart
  • Contact

Recherche

Liens